samedi 19 juillet 2014

Réforme territoriale: la religion à géométrie variable du Christ de Ribeauvillé

Lorsqu'il est question de réforme territoriale et de la place que doit occuper l'Alsace dans la nouvelle carte des régions, Jean-Louis Christ, député (UMP) de la 2è circonscription du Haut-Rhin (Ribeauvillé), étale des convictions dont le moins que l'on puisse dire c'est qu'elles sont à géométrie variable. "Contre" le matin mais "pour" le soir, le représentant de Katzenthal à la chambre basse épuise la mansuétude de ses électeurs avec des virages sur l'aile successifs dans un débat où, comme l'a finement relevé "Le Monde" (édition datée du 19 juillet), "tous les arguments se valent: l'histoire, la culture, l'identité, la géographie sans compter les arrière-pensées politiques". Tiens donc!
Pour permettre aux chattes et aux chats d'ici de retrouver leurs petits dans la pensée labyrinthique de notre élu, voici une petite chronologie de "l'évolution" de la religion du député Christ qui, interrogé récemment par la Chaîne parlementaire LCP, n'a pas craint d'adopter une posture furieusement messianique en s'y disant animé par un idéal politique.

Dessin paru dans "Le Monde" daté du jeudi 17 juillet

En mai, contre l'Alsace-Lorraine - A la mi-mai,  alors que la réforme territoriale commence à réellement occuper les esprits, le député Christ prend position avec trois autres parlementaires alsaciens --Eric Straumann (UMP, 1ère circonscription du Haut-Rhin - Colmar), Jean-Luc Reitzer  (UMP, 3ème circonscription du Haut-Rhin - Altkirch) et Laurent Furst (UMP, 6ème circonscription du Bas-Rhin - Molsheim)--  contre une fusion de l’Alsace et de la Lorraine en brocardant «l’incroyable bricolage improvisé à la dernière minute sur un guéridon de l’Élysée». Avec ses trois collègues, il juge que le rattachement «arbitraire» de la région à sa voisine lorraine fait courir  à l’Alsace «un risque potentiel de perte d’identité et d’autonomie dans la conduite des politiques publiques». Et se prononce pour «une Alsace puissante autour d’un Conseil unique, résultat de la fusion des deux départements du Rhin et du conseil régional d’Alsace». Rappelons qu’en avril 2013, les Alsaciens avaient rejeté par referendum le Conseil unique. Mais qu’importe: le peuple ayant «mal» répondu à la question qui lui avait été soumise en la mettant à la porte, on la fera rentrer par la fenêtre.

Début juillet, contre l'Alsace-Lorraine-Champagne-ArdenneMi-juillet, le député Christ signe avec les parlementaires de la majorité alsacienne une déclaration dans laquelle il s’oppose maintenant «fermement» à la fusion d'une éventuelle Alsace-Lorraine avec la Champagne-Ardenne. Guidé, selon lui, par «les intérêts particuliers de certains responsables socialistes», ce ménage à trois "totalement inacceptable" va immanquablement aboutir, affirme-t-il, à "dénaturer le rôle même de la Région telle qu’elle existe aujourd’hui» en lui faisant perdre «son caractère indispensable de proximité et la connaissance des territoires par les élus». Et de conclure: «Cela pourrait être, une nouvelle fois, perçu à juste titre par nos concitoyens comme un désintérêt pour l’Alsace pour des raisons uniquement politiciennes».

Mi-juillet, pour le ménage à trois - Spectaculaire revirement à la mi-juillet lorsque le député Christ déclare au journal "L'Alsace" (édition 17 juillet) que "Nous avons peut-être plus à gagner d'une fusion à trois régions qu'à deux, car, économiquement, nous pèserons plus lourd". Alors qu'en juin, il avait affirmé à l'hebdomadaire régional  l'Ami Hebdo que "c'est un grand leurre de dire qu'on sera plus grand, plus fort dans le sens de la compétitivité internationale". Interrogé par l'hebdomadaire "Le Point", il estime parallèlement que "l'Alsace a une identité aussi forte que la Corse ou la Bretagne et mérite donc, comme ces régions, de se suffire à elle-même", allusion claire au Conseil unique. "Mais, ajoute-t-il, puisque fusion il y a, nous aurons davantage de marge de manoeuvre dans une super-région à trois. Par défaut, nous (question du Kàtzàjammer: c'est un pluriel de majesté?) préférons le mariage à trois qu'à deux." Va comprendre... D'autant que le torchon brûle entre le parlementaire et le président de la région Alsace, Philippe Richert, comme le rapportent "Les Dernières Nouvelles d'Alsace" dans leur édition du mardi 22 juillet:


Fin juillet, à nouveau farouchement contre - Et le mercredi 23 juillet, alors que l'Assemblée nationale adopte solennellement la nouvelle carte régionale par 261 voix (205 contre, 85 abstentions), le député Christ enjoint à tous les conseils municipaux de sa circonscription à voter une motion contre une fusion de l'Alsace et de la Lorraine. Pas gêné par ses prédécentes déclarations en faveur d'un ménage à trois avec la Champagne-Ardenne, notre messianique parlementaire explique dans une lettre-circulaire (que le Kàtzàjammer a pu consulter) que la réforme territoriale "repose sur le mythe que l'élargissement des régions permettra immanquablement une simplification administrative positive pour le citoyen et générera des économies pour les budgets des collectivités". Et de poursuivre: "Les experts, économistes et juristes, s'accordent ainsi dans leur majorité sur le fait que les finances publiques ne tireront aucun avantage de ces fusions". Alors qu'une dizaine de jours auparavant à Paris, il affirmait le contraire. La force des convictions, peut-être?


Mais qui est vraiment ce Christ de Ribo? - Elu en 2002 (2ème tour, 59,60% des voix), ré-élu en 2007 (1er tour, 54,06%) et en 2012 (2ème tour, 63,55%), le député Christ apparaît comme peu assidu à l'Assemblée nationale, selon le site nosdeputes.fr:


Pour bien interpréter ces courbes, il faut savoir qu'en rouge sont représentées les "présences relevées" dans l'hémicycle, en jaune, les "participations" au débat parlementaire tandis que le liseré gris indique la participation "médiane" des députés composant la chambre basse. De ce graphique, il ressort que le travail parlementaire du député Christ se situe en-dessous de la moyenne.
Mais au-delà de sa participation, assidue ou non, aux travaux de l'assemblée, un député s'évalue aussi, voire surtout, par ses votes. Voici, répertoriés pour l'année dernière par le site Mon-depute.fr, quelques-uns de ceux effectués par le représentant de la vallée des chats:
- Le 17 septembre 2013: projet de loi relatif à la transparence de la vie publique (lecture définitive): CONTRE
- Le 9 juillet 2013: projet de loi interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de représentant au Parlement européen: CONTRE
- Le 9 juillet juillet 2013: projet de loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur: CONTRE
- Le 25 juin 2013: projet de loi relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière: CONTRE
- Le 19 février 2013: projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires: CONTRE
- Le 12 février 2013: projet de loi portant ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe (mariage pour tous): CONTRE

2 commentaires:

  1. Allez les gars, soyons fous, proposons une fusion de l'Alsace avec le Bade-Wurtemberg et vive l'Europe, le bilinguisme et la choucroute... chiche?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mieux: de l'Atlantique à l'Oural, verglemmi!

      Supprimer